Et si nous prenions une pause pour mieux saisir l’opportunité

Par Catherine Rousseau

Être gestionnaire n’est pas une mince tâche. Ça demande beaucoup de travail sur soi pour être en mesure de bien accompagner l’équipe et chacun des membres qui la composent. Et depuis le début de cette crise mondiale, nous adaptons sans cesse nos façons de faire, pour être plus humains, plus compréhensifs et tentés de conserver un bon niveau de productivité. 

Et si nous prenions une pause pour mieux saisir l’opportunité de grandir. Tous ces changements nous ont certainement apporté de nouvelles situations à gérer, et donc, de nouvelles situations où nous devions nous positionner comme gestionnaires. 

Nous avons donc continué à avancer, du mieux de nos connaissances et de nos compétences. Et de surcroît, avec cœur, puisque nous avons été confrontés à des situations qui nous ont sortis de notre zone de confort et où la relation à établir ou à maintenir était primordiale. 

Selon une récente étude réalisée par la Chaire Sens & travail, « Ce sont 7 dirigeants et cadres sur 10 qui ont amélioré au moins une compétence durant cette période de confinement (…) »

Il faut savoir saisir les opportunités! Alors maintenant, si nous prenions une pause et montions au balcon pour nous assurer d’y voir les opportunités de grandir et d’évoluer comme personne, comme gestionnaire.


1. Moins de contrôle pour plus de performance

La gestion à distance est venue chambouler nos pratiques de gestion. Notre façon de faire doit certainement être adaptée et cela est venu solliciter notre capacité à faire face au changement. Certaines pratiques ont  du sens et d’autres moins. Mais qu’à cela ne tienne, qui dit défis et adaptation dit apprentissages! L’accompagnement offert aux membres de votre équipe a pu être davantage axé sur le quoi que sur le comment. Identifier ensemble ce qui est à réaliser, faire confiance et laisser plus de latitude quant au « comment » le faire. Ce qui est en soi un excellent mode d’accompagnement pour permettre aux gens de puiser dans leurs sources de motivation au travail. Évidemment, encadrés d’un bon échange de rétroaction pour permettre les ajustements, cela demeure un bon moyen de s’ajuster et de rehausser la performance.

crédits:depositphotos.com

2. Mieux connaître pour mieux reconnaître

L’éloignement peut rapprocher. Suivant ces événements, la façon dont nous avons accompagné nos ressources est venue teinter notre façon d’être, nos modus operandi de gestion. Se préoccuper des gens, de comment ils se sentent, comment ils vivent et gèrent la situation d’un point de vue personnel et professionnel. Prendre le temps de développer, renouer ou conserver une relation. 

Ces « Get Together » nous ont offert une multitude d’occasions pour reconnaître le travail des gens, et ce, d’une façon tout à fait personnelle. Nous devons prendre le temps d’accompagner chaque personne selon ses besoins spécifiques, alors cela nous permet de personnaliser nos pratiques de reconnaissance et ainsi de mieux reconnaître.

Lâcher prise et se remettre en question, poser des questions et recevoir une rétroaction de nos pairs et des membres de notre équipe démontrent une belle ouverture et présentent une grande valeur ajoutée. Faites preuve d’humilité et prenez le temps pour vous offrir cette réflexion. Qu’est-ce que j’ai instauré comme nouvelles pratiques et lesquelles dois-je ajuster, conserver et cesser?


Bonne expérience employé!


À proposMentions Légales