Le bonheur au travail, est-ce possible?

Par Nathalie Carrier

Vous rappelez-vous des pubs de Loto-Québec « Bye Bye boss! »? Quitteriez-vous votre emploi si vous n’aviez soudainement plus aucun besoin financier? La question du bonheur au travail est présente depuis quelques décennies et encore d’actualité, non? Effectivement, au début de l’automne, on m’a demandé de développer une conférence sur le sujet et d’outiller les gestionnaires présents afin qu’ils puissent fidéliser leurs employés, qu’ils réussissent à créer de l’engagement et générer du bonheur au travail. Je me suis donc amusée à réfléchir sur le sujet du bonheur au travail. Voici le fruit de mes recherches, en date d’aujourd’hui.

De prime abord, il fut difficile de trouver une image alliant bonheur et travail pour illustrer ma présentation! Quand on écrit ces deux mots dans un moteur de recherche, ce qui en ressort est bien banal et surtout vraiment diversifié. J’ai compris d’emblée que tout est une question de perception. Pour certains, le bonheur c’est la liberté d’action. Pour d’autres, c’est la qualité des relations ou encore la capacité de concilier travail et vie de famille (ou vie personnelle). Et finalement, pour quelques-uns, c’est la possibilité de s’actualiser, de s’accomplir, de créer ou de vivre un succès d’équipe, de voir les résultats de son labeur. Je me suis alors arrêtée et questionnée, personnellement : « à quand remonte mon plus lointain souvenir de bonheur? »

Et, il m’est alors apparu une image : mes premiers souliers rouges! Je me suis rappelé avoir eu de magnifiques souliers rouges à l’âge de 5 ans pour le second mariage de mon grand-père, suite au triste décès de ma grand-mère. En plus, j’étais celle qui avait été choisie pour être responsable de tenir le plateau avec les alliances! Que j’étais fière! Quel beau souvenir! Mais, était-ce du bonheur ou du plaisir?

 

Effectivement, la nuance est importante et une multitude d’auteurs de toutes origines professionnelles ou culturelles ont d’ailleurs écrit et fait des recherches sur le sujet. La définition du bonheur n’est pas simple à trouver et c’est Rose-Marie Charest qui, selon moi, a réussi à la rendre la plus simple : « C’est la capacité d’apprécier! » C’est donc une perception, une posture, un choix! Ça nous appartient le bonheur, ça part de nous! Comme le démontre magnifiquement l’image suivante :

Crédit : Depositphotos.com

Alors, bonheur et travail peuvent-ils être conciliables? Adam Scott dit : « Il y a une limite au bonheur qu’on peut tirer de son travail. On est même d’autant plus heureux quand on passe moins de temps au travail. » On peut être d’accord ou non avec cette affirmation. Mais, pour moi, certains matins quand je quitte la maison pour me rendre à mon travail, j’avoue ressentir bien du bonheur (surtout quand je laisse mes préados à l’école pour la journée)! Blague à part, je m’actualise et me développe dans mon travail, j’aime mon équipe et les valeurs de mon organisation, je navigue avec mes talents dans mon quotidien, mon travail m’énergise. En fait, je réalise que j’ai choisi, il y a 4 ans dans ma démarche d’« autogestion » de carrière, de me réaligner, de me coller davantage à mon essence, d’être heureuse! J’ai investi en moi!

Ce qui semble plus complexe c’est de rester dans le bonheur de façon durable. Comment concrètement réussir à orchestrer notre bonheur au travail? L’approche « INVESTI », développée par ma collègue Julie Carignan, nous y aide :

  • IN pour Introspection : Prendre le temps de se questionner : quels sont mes besoins, mes attentes? Prendre un rendez-vous avec vous-même pour faire le point (voir mon billet précédent).
  • V pour Volonté: S’assurer que mon travail me donne envie de m’accomplir et qu’il est aligné avec mes valeurs?
  • E pour énergie : Qu’est-ce qui m’énergise dans mon quotidien? Comment fais-je pour me recharger et être dans le moment présent?
  • S pour soutien : Ai-je des relations saines et soutenantes? Est-ce que je reçois ou donne suffisamment de reconnaissance?
  • T pour talents : Quels sont mes talents? Est-ce que je les utilise dans mon quotidien dans mon travail?
  • I pour initiative : Quelles sont les initiatives ou les actions concrètes que je mets en place pour mon bonheur et celui de mon entourage?

Finalement, quand on y pense, mes souliers rouges représentent simplement un ancrage lié à un moment de bonheur que j’ai eu étant enfant. Il me rappelle un état d’esprit lié au moment présent et lié à un de mes talents; celui d’être responsable et complice du bonheur des gens. J’ai donc, dernièrement, fait l’acquisition d’une belle paire de souliers rouges comme symbole du bonheur pour moi. Alors, si vous me croisez un jour avec mes souliers rouges, vous saurez que je suis en posture de bonheur et que je tiens à me rappeler que le bonheur en fait, c’est tout simplement la capacité d’apprécier et d’investir en soi!


À proposMentions Légales