Pour opérer un changement, il faut vivre un sentiment d’urgence!

Par Nathalie Carrier

Au petit matin du premier janvier, plusieurs d’entre nous se sont levés avec tout pleins de bonnes intentions! Déterminés à changer, résignés à faire peau neuve en ce début d’année, pleins de projets dans la tête, armés de courage et agenda à la main, nous voilà en train de planifier la nouvelle année. Nous nous efforçons ainsi de repartir les compteurs à zéro, nous faisons nos résolutions du jour de l’an! Pour certains, c’est l’inscription à un plan d’entraînement rigoureux, pour d’autres une alimentation végétarienne, ou encore, pour les plus audacieux et téméraires, c’est un mois sans alcool, sans caféine et sans sucre ajouté! Cependant, une petite question s’impose :

« En ce début février, comment se portent vos résolutions du jour de l’an? »…

Je sais, ça fait mal! Je ne vous juge pas, j’écris ce texte en partie pour moi, je le confesse!

C’est en discutant au début janvier avec une collègue que j’ai eu envie d’écrire sur ce sujet. Lors de nos échanges, nous sommes arrivées au constat que c’est une coutume pour le moins discutable que de faire nos résolutions une fois par année, le lendemain du jour de l’an, soirée où la fête et les excès sont généralement au rendez-vous! Ma collègue me confiait que depuis bon nombre d’années,elle ne faisait tout simplement plus de résolution du jour de l’an, question de maintenir ce qu’elle avait déjà entamé en cours d’année plutôt que d’en ajouter!J’aime bien! D’autres personnes qui m’entourent, déterminent quel mot représentera leur année à venir, sous quel signe devrait se dessiner leurs intentions pour les 365 jours qui suivront. J’aime beaucoup cette idée. Je trouve intéressant de s’arrimer à un mot pour être en mesure de créer du sens pour soi, dans son quotidien, tout au long de l’année.

Tout de même, comment faire pour maintenir nos résolutions? Car, tenons-nous-le pour dit, ce qui ressemble à de l’évitement est parfois un manque de confiance en soi, ce qui semble être un manque de motivation est bien souvent le sentiment de se sentir menacé, le temps ne va pas arranger les choses par lui-même et la volonté à elle seule ne peut opérer un changement! J’ai alors fait quelques lectures. Je vous résume ici brièvement le fruit de mes recherches.

Tout d’abord, une première lecture sur le sujet m’a particulièrement surprise.Saviez-vous que « selon une étude menée par l’université de Scranton, seulement 8 % des gens atteignent leurs objectifs du Nouvel An? » C’est dans l’article qui s’intitule NewYear’s resolutions last exactly this long* découvert sur News.com qu’on y écrit ces statistiques pour le moins décevantes. À noter que ces chiffres se modifieraient positivement lorsque l’on irait chercher le soutien d’un groupe afin de maintenir nos résolutions du jour de l’an! « Restez à l’antenne », nous traiterons plus loin du soutien…

Dans ce même article, on y écrit aussi que ce sont les attentes irréalistes qui expliqueraient ces statistiques particulièrement désappointantes. En fait, nous ne respecterions pas la loi des petites bouchées. Mais oui! Vous savez bien!?Cette loi qui dicte que nous ne pouvons pas manger un sous-marin de 12 pouces en une seule bouchée sans nous étouffer! Il est nettement plus sage d’y aller une bouchée à la fois, non?! Lentement, mais sûrement, une petite étape à lafois.

De plus, le fait que nous n’attaquions pas le réel problème ou enjeu caché derrière notre résolution serait une raison de l’échec de celle-ci. Pour répondre à ce dernier point, un article qui s’intitule Answer these 5 questions to helpmake your New Year’s resolutions stic**, de Marcelo Campos MD,déniché sur le Harvard Health Blog propose, pour y arriver avec les résolutions, de répondre au préalable à 5 questions :

- Pourquoi voulez-vous effectuer un changement?

- Votre objectif est-il concret et mesurable?

- Quel est votre plan?

- Qui peut vous soutenir dans votre démarche de changement?

- Comment célébrerez-vous vos victoires? 

crédits: depositphotos.com

Ou encore plus simple, deux seules petites questions à se poser préalablement avant de déterminer nos résolutions annuelles, questions trouvées dans l’article rédigé par Peter Bregman dans le Harvard Business Review de novembre 2018, If You Want to Get Better at Something, Ask Yourself These Two Questions*** :


  • Voulez-vous réellement faire mieux? 
  • Êtes-vous prêts à ressentir l’inconfort de faire plus d’efforts et d’essayer de nouvelles choses qui vous sembleront étranges et différentes et qui ne fonctionneront pas tout de suite? 


Le point de Bregman est d’une simplicité enfantine : si vous répondez à la négative à une de ces deux questions, force est d’admettre que vous ne devriez peut-être pas choisir la résolution que vous aviez en tête lors de votre questionnement!


Selon moi, les résolutions sont importantes et pas seulement au matin du 1er janvier. Et, afin qu’elles se réalisent pour de vrai, il importe de s’armer de constance, de discipline, mais aussi de soutien, d’entraide et de vivre un sentiment d’urgence! Patrice Godin pour Québec sans tabac le démontre bien dans la capsule suivante : 

https://quebecsanstabac.ca/je-minforme/actualites/campagnes-mediatiques/semaine-pour-un-quebec-sans-tabac-2020

Dans son discours, ce que je retiens c’est que deux raisons l’ont poussé à agir : sa peur de mourir et le fait de se commettre auprès de sa fille. D’ailleurs, cette promesse faite à un être cher à ses yeux lui a permis de se décider à prendre sa vie en main et de combattre le tabagisme. Certes, ce ne fut sûrement pas toujours facile, mais c’est la peur ou le sentiment d’urgence qui l’a fait bouger! Pas qu’une résolution du Nouvel An!

Vous vous demanderez peut-être pourquoi j’écris sur ce sujet seulement en février? J’aurais pu écrire là-dessus en janvier, non?! Vous prévenir d’avance quoi! En fait, il n’y a pas que les résolutions qui m’interpellent à ce stade-ci de ma carrière de consultante. Bien sûr, je souhaite vous aider à garder le cap sur celles-ci. Cependant, je réalise qu’afin de maintenir nos résolutions, qu’afin d’avoir une bonne santé physique ou psychologique, qu’afin d’être heureux et performant dans son travail, et bien, il n’y a rien comme d’avoir un sentiment d’urgence pour opérer un changement durable. Si en plus vous y multipliez le travail d’équipe et le soutien et si vous osez vous commettre auprès de vos proches pour y arriver, vous augmenterez nettement vos chances de succès! 

Et si l’on faisait mentir les statistiques cette année? Qui embarque?


* https://nypost.com/2018/12/21/new-years-resolutions-last-exactly-this-long/


**https://www.health.harvard.edu/blog/answer-these-5-questions-to-help-make-your-new-years-resolutions-stick-2017122012940


***https://hbr.org/2018/11/if-you-want-to-get-better-at-something-ask-yourself-these-two-questions?utm_source=facebook&utm_campaign=hbr&utm_medium=social


À proposMentions Légales