Vous êtes-vous déjà « googlé »?

Par Nathalie Carrier

Il y a un mois, j’ai eu la chance, que dis-je, le privilège de rencontrer une jeune femme exceptionnelle : Jennifer Gabriele. Ce ne sera certes pas la seule fois où nous passerons du temps ensemble. Ce fut un moment naturel, comme si je la connaissais depuis toujours. Jennifer m’a été présentée afin de me parler de son expertise qui pourrait inévitablement aider mes clients dans la gestion de leur carrière. Elle conseille les gens en ce qui a trait à leur « branding professionnel ». C’est-à-dire comment arrimer et mieux communiquer sa propre marque de commerce? Comment faire pour que notre personne, nos talents, nos valeurs et notre identité soient mieux publicisés et surtout alignés avec ce que l’on dit être et dégage comme personne au travail? Que les bottines suivent les babines quoi?! J’adore! Alors, je me fais ici le plaisir de vous décrire un peu mieux son concept de « branding professionnel ».


Une des premières choses qu’elle me confie faire, avec un nouveau client qui la consulte, c’est de le « googler »! Effectivement, avec les réseaux sociaux qui nous inondent de photos, de publications, qui sont omniprésentes dans nos vies et qui sont aussi une source intarissable d’informations (pas toujours véridiques, authentiques et pertinentes, malheureusement), il devient prioritaire de valider ce qui se retrouve sur Internet à son sujet, vérifier ce qui ressort quand on tape son propre nom dans le moteur de recherche de Google! Confirmer quelle est l’empreinte que nous laissons sur le Web.


Avez-vous déjà tenté l’expérience pour voir ce que ça donne?

Sinon, il est encore temps.


Dans un deuxième temps, elle propose de faire une carte ou un plan de ce que l’on souhaite représenter en déterminant et en ciblant :

  • les compétences qu’on possède;
  • les compétences qu’on souhaite mettre en avant-plan;
  • les talents naturels qui nous définissent;
  • nos valeurs, nos aspirations, ce qui nous ancre;
  • le rôle qu’on veut jouer dans l’organisation (il y a effectivement de grandes distinctions entre le rôle d’un gestionnaire, d’un expert, d’un représentant ou d’un conseiller, et ce, qu’à titre d’exemple. Il faut donc trancher ici);
  • le type de poste auquel on aspire (le niveau hiérarchique visé);
  • bref, établir un plan de comment on souhaite idéalement être perçue, selon notre cible.

Ensuite, elle s’attaque, en collaboration avec ses clients, à définir leur marque de commerce, comme on peut le faire pour un produit. Le tout sera représenté en mots, en images ou en impressions de la même façon qu’on le fait pour le choix d’un logo. Jennifer m’a donné, pour mieux expliquer le concept, l’exemple de l’image d’un poisson rouge qui nage sous l’eau avec son aileron de requin adapté (voir l’image 1)! Intéressant, on peut donc influencer ce que l’on souhaite projeter quand on y pense bien. Et par la suite, on peut même en inspirer d’autres dans le même sens ou innover autrement! (voir l’image 2!)

crédits:depositphotos.com

Ou bien, on peut s’inspirer de l’image du chaton qui dégage l’essence d’un lion, qui se voit lion ou qui a une âme de lion et qui paraît chaton! Trois images semblables, mais qui diffèrent quand on creuse et qu’on y pense un brin.

crédits:depositphotos.com

Vous êtes-vous déjà attardé à vous demander ce que vous souhaitez dégager en entrevue, lors d’une première rencontre avec un client ou au travail avec vos collègues?


Sinon, encore une fois, il est encore temps!


Puis, il importe de rester en contrôle de ce qui sera publié, diffusé, nommé à votre sujet. Ce qui n’est pas si simple… Si vous souhaitez dégager l’ordre et l’organisation, tous vos faits et gestes, votre discours, vos écrits, votre non verbal (et oui! Votre apparence aussi, vous devez en tenir compte!), votre personne devront s’aligner et être en cohérence avec votre « branding professionnel »! Communiquer votre marque, ce n’est pas que le dire ou l’écrire, ça doit transpirer de toute votre personne et être multidimensionnel. Alors, si vous espérez transpirer le bonheur, ce n’est peut-être pas le moment de vous plaindre constamment sur votre vie dans chacune de vos interactions personnelles, ou pire encore, dans vos publications sur Facebook ou pire, sur Linkedin. Soyez conséquents. Mais surtout, restez authentiques et collés à votre vraie identité! Sinon, je suis prête à parier gros qu’on détectera la supercherie et que cela aura l’effet d’être étiqueté comme faux, inauthentique voire même, manipulateur.

En fait, si vous souhaitez augmenter votre présence et votre impact dans votre milieu professionnel, ce que Jennifer propose est tout simplement pertinent. Malcolm Gladwell et Danielle Charron l’expliquent bien dans leur livre : La force de l’intuition, paru en 2005. De plus, les neurosciences et la biologie le confirment. En un clin d’œil, l’humain se fait une idée ou une perception de qui il rencontre pour la première fois et il tentera constamment ensuite de confirmer, de valider cette première impression, inévitablement. C’est un biais de jugement étudié en psychologie; l’ancrage, qui désigne la difficulté à se départir d’une première impression. Alors, il devient particulièrement pertinent de s’assurer que cette première impression, qu’on laisse comme trace difficile à effacer, soit celle qu’on souhaite réellement laisser dans l’esprit des gens, non? Que ce soit en recherche d’emploi ou encore afin d’influencer un groupe de personnes au travail, votre marque de commerce, votre « branding professionnel » doivent être cohérents avec votre discours écrit, avec ce que vous communiquez verbalement et avec ce que vous dégagez. Sinon, comment voulez-vous être reconnus pour ce que vous êtes ou aspirez devenir?


crédits:depositphotos.com
À proposMentions Légales