Entrepreneurs et gestionnaires : Gardez la tête froide!

Par Emilie Pelletier et Didier Dubois

En cette période de crise, nous sommes tous un peu sous le choc. Tout a été si vite. Mais, comme entrepreneurs ou gestionnaires, nous devons rapidement retomber sur nos pieds pour pouvoir aider nos équipes et assurer la pérennité de l’entreprise. Nous avons tous nos forces et limites et être entrepreneurs ou gestionnaires ne fait pas de nous des surhumains. En comprenant mieux ce que l’on vit et surtout comment on le vit, il sera plus facile de faire la part des choses et de prendre un recul pour prendre de meilleures décisions. Voici donc une grille pour amorcer cette réflexion et passer à l’action de manière stratégique.


Lequel de ces 4 profils êtes-vous?

Bon, ce n’est pas un test psychométrique en bonne et due forme, mais cette grille, qui a été présentée par Pierre Lesage et Judith-Anne Rice dans la Revue Gestion (de HEC Montréal), nous apparaît simple et efficace.



Interne ou externe?

La notion d’interne ou d’externe réfère à la perception de contrôle que vous avez par rapport à ce qui vous arrive au travail (et dans la vie). 


  • Une personne interne aura tendance à penser qu’elle a du pouvoir sur son succès et que ce sont ses choix qui influencent ce qui lui arrive.
  • Une personne externe aura tendance à plutôt penser qu’elle n’a pas pleinement le contrôle sur ce qui lui arrive, car c’est l’environnement qui lui impose un contexte. 


Confiant ou méfiant?

La notion de confiant ou méfiant réfère à la perception qu’a l’individu quant au niveau de « collaboration » de l’environnement par rapport à ses projets. 


  • Une personne confiante a tendance à penser que l’environnement n’est pas hostile et qu’il est possible d’y prendre appui pour parvenir à ses fins.
  • Une personne méfiante a au contraire tendance à penser qu’elle devra « se battre » contre son environnement pour parvenir à ses fins.


Alors, dans la vie :


  • L’externe confiant se dit que tout finira par bien aller, peu importe ce qu’il fait. Dans la crise actuelle, on a pu constater que certaines plages de la Floride pullulaient d’externes confiants.


  • L’externe méfiant est abattu. Il se sent démuni face à tout ce qui se passe et est convaincu que quoiqu’il fasse les astres ne s’alignent pas bien pour lui. Ce sont les gens qui sont enfermés chez eux et qui sont en attente d’aide.


  • L’interne méfiant mettra en œuvre des mesures pour parvenir à ses fins… malgré l’environnement hostile. On retrouve dans ce profil beaucoup de survivalistes qui sont convaincus (à tort ou à raison) qu’ils doivent se préparer pour l’apocalypse.


  • Finalement, les internes confiants ont l’impression qu’ils ont leur vie en main et que tout est possible s’ils y mettent l’effort. Dans le contexte actuel, ils ont peut-être aussi fait des provisions, mais ils ont surtout réorganisé leur environnement pour s’adapter à la situation.


Ainsi, dans ce contexte de crise : 

  • Les internes confiants s’adaptent et essayent de trouver de nouvelles manières de fonctionner dans ce nouvel environnement.
  • Les internes méfiants essayent de transformer l’environnement et d’imposer leur vision de ce que devrait être la situation.
  • Les externes méfiants se terrent et attendent que ça passe.
  • Les externes confiants continuent à faire ce qu’ils faisaient et se disent que tout ira bien.


L’adaptation c’est la clé


Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements.


Charles Darwin


Mettre ses efforts sur ce que l’on peut réellement changer

Il faut être vigilant quant à ce sur quoi l’on met ses efforts. Si vous voulez améliorer la situation, il faut déployer des efforts, mais attention, choisissez vos cibles.


Ne vous acharnez pas sur des objectifs pour lesquels vous ne pouvez avoir d’impact sur les résultats. Identifiez plutôt les tâches et actions qui peuvent réellement avoir de l’impact.




1. Prenez un temps d’arrêt pour réfléchir.


2. Ne sautez pas immédiatement dans l’action. Prenez un temps de recul. La panique est mauvaise conseillère. Chaque seconde compte, mais chaque seconde mal investie est gaspillée.


Voici 4 actions possibles:


a) Mêmes clients, mêmes services :

Relancez vos clients actuels pour leur proposer les services qui sont encore pertinents compte tenu du contexte. Ce sera votre base pour tenir un certain temps, pendant que vous mettez en place d’autres stratégies.

b) Nouveaux clients, mêmes services :

Vos clients actuels continuent d’utiliser certains de vos services, offrez-les à de nouveaux clients. Vos services ont fait leur preuve, vous êtes en terrain connu, ils seront plus faciles à vendre.

c) Mêmes clients, nouveaux services

Identifiez pour vos clients actuels de nouveaux services mieux adaptés au contexte. Pouvez-vous transformer des services existants (exemple, passer du service personne à personne au service en ligne)?

d) Nouveaux clients, nouveaux services

En dernier lieu, développez de nouveaux services pour de nouveaux clients… mais là soyez avisé que bien que cela puisse donner d’excellents résultats, la marche sera beaucoup plus haute.



3. Analysez et réajustez.



En conclusion…

Gardez toujours en tête que vous aviez du talent hier et que vous en avez encore aujourd’hui. Par contre, vous devez adapter votre approche ou votre proposition de services pour que ce talent fonctionne dans le nouveau contexte. Il ne faut surtout pas lâcher.


À proposMentions Légales