3 résolutions SST à adopter en 2023

Photo Maire eVE CHAMPAGNE
Marie-Eve Champagne 3 janvier 2023

2023 est déjà bien installée : avez-vous sélectionné vos résolutions pour l’année nouvelle? 

Aujourd’hui, je vous propose de compléter votre liste en faisant un tour du côté d’une tendance incontournable : la santé, sécurité et mieux-être au travail (SSME).

En mettant en place des actions concrètes en la matière, vous contribuerez à l’amélioration de la satisfaction, de l’engagement, de l’attraction et de la fidélisation des personnes en emploi ainsi qu’à leur productivité et à leur présence active au travail. 

Mais, pour obtenir des résultats, faisons différemment.

Je vous livre donc des erreurs fréquentes que je constate dans ma pratique ainsi que les résolutions à adopter qui feront une grande différence chez vous.

Prêt à débuter 2023 en santé?  

 

Un plan d’action, je ferai

Habituellement, on se lance tout feu tout flamme dans la nouvelle année avec beaucoup d’idées et de souhaits. Mais un souhait restera un souhait si l’on ne définit ni les objectifs poursuivis ni les actions servant à atteindre ces objectifs. Hé oui : pour la SSME aussi!

 

Voici quelques questions pour vous aider à cerner vos objectifs :

  1. quelles sont nos priorités SSME cette année?
  2. maintenant, quel est notre top 3 des priorités en regard de cette liste?
  3. quels types de lésions professionnelles/événements SSME nous coûtent le plus cher actuellement? 
  4. qu’est-ce qui ferait diminuer les coûts rattachés à ces lésions? (Attention! On ne parle pas de gestion médico-administrative, à ce stade)
  5. quelle est la préoccupation SSME majeure de nos employé.es actuellement? Et celle de nos gestionnaires? Des membres de notre comité SST/SSME?
  6. qu’est-ce qui aurait un impact majeur sur notre prise en charge SSME?

Regardez aussi votre Bilan SSME de l’année dernière : quelles étaient vos constatations en regard de ce temps de réflexion?

 

Une fois vos objectifs choisis, il faut ensuite déterminer les actions requises pour les atteindre. Quelques questions pour vous y aider : 

  1. en suivant la hiérarchie des mesures de prévention, comment pouvons-nous éliminer/réduire le risque à la source? Quelles mesures de correction équivalentes doit-on implanter, si ce n’est pas possible?
  2. que dit la réglementation? Les normes? Les bonnes pratiques?
  3. quelles formations/sessions d’information sont requises pour communiquer les informations nécessaires?
  4. quelles compétences clés sont requises pour opérer ces actions? Comment les acquérir?
  5. quelles seront les mesures de contrôle nous permettant d’avoir des actions durables, ce qui nous permettra d’obtenir un retour sur investissement?

Ensuite, ces actions (mesures de prévention et de contrôle) se verront attribuer un responsable et une échéance. N’oublions pas non plus d’y greffer un processus de reddition de compte, afin d’instaurer l’imputabilité.

 

La déresponsabilisation des gestionnaires, j’arrêterai

Nos gestionnaires sont sollicité.es de toutes parts. On leur en demande beaucoup et ils en ont lourd sur les épaules. Dans ce contexte, on peut être tentés d’alléger leur fardeau en les dégageant des actions SSME (suivis, inspections, formations, participation aux enquêtes et analyses d’accident, assistance au comité SST, etc.), en procédant au retrait des objectifs SST ou en se substituant à eux pour divers points SSME. 

N’en faites rien. Il y a mille façons d’alléger leur quotidien… mais pas en coupant dans la SSME. 

À court terme, on a l’impression de retrouver un peu d’oxygène, alors qu’en fait, on pellette les problèmes par en avant. Ce qui fait en sorte qu’on ne s’aide pas à long terme, car cela contribue à les déresponsabiliser vis-à-vis de leurs rôles et responsabilités SSME. S’il n’y a plus de responsabilités SSME, il n’y a plus d’actions SSME.

Ce faisant, vous cassez le dialogue dans votre organisation autour de la SSME. Par ricochet, cela déresponsabilisera vos employé.es et nuira à l’adoption de comportements sécuritaires par ces derniers. Vous envoyez le message que si ce n’est pas si important pour leur gestionnaire, ça ne l’est pas tant pour eux, en fin de compte. 

Et c’est une conversation que le département RH/SST commencera petit à petit à tenir seul, face au mur de l’indifférence.

 

Les employé.es, j’impliquerai

Les comportements sécuritaires, ça n’arrive pas par magie ou simplement en le demandant. Ça se crée par des actions concrètes au quotidien. En présence ou à distance, impliquer vos employé.es dans l’identification des risques ou des situations problématiques ainsi que dans la recherche de solutions durables, c’est un incontournable pour vous assurer que ça marche.

 

Comment? 

  • en demandant leur avis et leurs suggestions;
  • en validant ce qui fait le succès (ou l’échec, soyons lucides) des mesures actuelles;
  • en travaillant de concert avec les employé.es visé.es directement par la mesure envisagée;
  • en donnant des responsabilités au niveau des tâches SST requises;
  • en les faisant former, au besoin;
  • via votre Comité SST, votre association accréditée ou d’autres comités de travail.

 

Et pour finir

Ce qu’on reproche parfois par contre aux résolutions, c’est leur caractère éphémère (voire utopique… c’est selon!). Pour ancrer vos souhaits dans la réalité, adoptez un truc tout simple : formalisez-les en les diffusant.

Ce faisant, vous vous commettez de façon importante et… on vous ramènera bien vite à l’ordre si vous vous trainez les pieds!

Passez un excellent début d’année 2023!

Partagez
Photo Maire eVE CHAMPAGNE
À propos de Marie-Eve Champagne
En savoir plus

Facteur H est un espace convivial de référence francophone en ressources humaines pour rester à l’affût des nouvelles tendances et trouver des solutions concrètes et applicables aux défis organisationnels d’aujourd’hui et de demain.

Contactez-nous
© Facteur H - Tous droits réservés 2023 | Conception de site web par TactikMedia
crossmenuarrow-right