Cinq façons de détecter un candidat ayant des traits passifs agressifs

Par Mathieu Guénette

D’abord, qu’est-ce qu’une personnalité passive agressive?


Un employé ayant des traits passifs agressifs est une personne qui ressent une profonde irritation envers l’autorité. Cette autorité peut être de nature hiérarchique, mais elle peut être liée aussi à d’autres attributs perçus chez l’autre comme la scolarité, la confiance en soi, le réseau social ou le succès en général. Le passif agressif ressent un mélange paradoxal d’émotions de mépris et d’envie. Il se réjouit donc, lorsque l’autorité en question rencontre des déboires.

Bien entendu, il n’a jamais tendance à dire haut et fort ce qu’il pense, car il craint les sanctions. Il va ainsi trouver des façons ingénieuses de nuire, mais toujours de manière indirecte. Plus concrètement, c’est la personne qui va faire semblant d’adhérer en réunion à un projet devant le patron, mais qui va faire preuve de cynisme dans les échanges individuels avec les autres employés. Bref, c’est l’équivalent d’un agent double qui est parvenu à s’infiltrer au sein de votre entreprise.

En sélection, la grande difficulté est que le candidat passif agressif va dire exactement ce que vous voulez entendre pour se faire engager. Le passif agressif est à l’image du gaz naturel. Il est inodore et incolore, mais extrêmement toxique pour votre santé.

Voici donc des moyens pour recueillir certains indices sur ce type de candidat.

1. Cheminement avec beaucoup d’instabilité

Le passif agressif est séduisant de prime abord par son discours, bien qu’avec lui, à chaque fois, les lunes de miel s’avèrent de courte durée. Cela devra donc se remarquer par un historique d’emploi particulier où il cumule de nombreuses expériences, mais où par son passage, à chaque fois, il ne va bâtir rien de durable. Il ne garde pas contact avec ses anciens employeurs et contrairement à la plupart des gens, une expérience ne l’amène pas à une autre. Étrangement, quand il y a des coupures, c’est toujours lui qui se fait couper en premier. On ne fait jamais rien pour le retenir. S’il démontre une expertise particulièrement recherchée et qu’il semble très compétent techniquement, c’est louche et surtout dans un contexte de rareté de main-d’œuvre.


2. Ce n’est jamais de sa faute

Un passif agressif est incapable de s’attribuer la moindre responsabilité, mais à l’inverse, il blâme facilement les autres. Lorsqu’il va parler d’une mauvaise expérience du passé, il va toujours attribuer la faute à des éléments extérieurs. À la question « Si c’était à refaire, que ferais-tu? », il risque de répondre : « Rien, car moi, je n’avais rien à me reprocher. »

Pour détecter ces aspects, il s’avère donc une bonne idée de demander au candidat de faire état des expériences difficiles qu’il a déjà vécues et comment il a géré ça.


3. Excellent pour parler des problèmes, mais nul pour identifier les solutions

Un passif agressif a un esprit critique bien aiguisé, ce qui l’amène à faire de très bons diagnostics détaillés de tout ce qui ne fonctionne pas. En entrevue, il peut même vous impressionner par son analyse particulièrement brillante. Toutefois, il risque d’être moins bavard lorsque nous lui demandons des façons de résoudre les problèmes qu’il dénonce, car ça ne l’amuse pas vraiment de réparer ce qui est brisé.

Vous pourrez comparer son habileté à critiquer par rapport à celle à louanger.



crédits:depositphotos.com

4. Pointes de cynisme


En entrevue de sélection, le cynisme devrait se montrer discret, il ne veut pas trop montrer cette facette de lui, mais cette caractéristique est tellement présente qu’à quelques occasions, son cynisme risque de se montrer le bout du nez. Lorsque le candidat le réalise, il va souvent s’excuser immédiatement avec le sourire. Toutefois, ne soyez pas dupe, il regrette d’avoir laissé paraître son vrai visage, jamais d’avoir ce sentiment. Ça peut être une légère impatience : « Il me semble avoir déjà répondu à cette question, mais ce n’est pas grave, je vais vous répondre à nouveau. » OU « C’est une drôle de question. Je ne vois pas trop le lien, mais bien sûr, je vais vous répondre. »

Il peut lancer une blague au goût un peu amer : « Dans mon poste actuel, je n’ai pas à prendre ce genre de décision, car bien sûr, ce n’est pas moi le grand patron, n’est-ce pas? ». En général, le cynisme devrait davantage se diriger vers des cibles extérieures et non vous-même, car en ce qui vous concerne, il va attendre que vous ayez le dos tourné pour vous attaquer. Donc, posez-lui des questions sur des sujets sans lien avec l’entrevue du type : « Je serais curieux de savoir ce que vous pensez de ce nouveau programme du gouvernement? » Il y a de bonnes chances d’avoir de sa part des manifestations de son attitude et surtout, si vous l’encouragez un peu en faisant part de votre propre esprit critique: « Pour ma part, je me demande si ce programme va vraiment aider les gens. »  N’oubliez pas que son cynisme peut même être plaisant de prime abord, s’il est exécuté avec doigté et humour. Ça peut vous paraître sympathique à court terme lors d’une entrevue de sélection, mais n’oubliez pas que sur du long terme, une telle attitude peut devenir très lourde pour vous et votre équipe.



5. Hésitation à répondre à certaines questions


Le passif agressif craint de se montrer authentique envers vous, car il a la conviction que si vous en veniez à connaître sa véritable nature, sa candidature serait aussitôt rejetée. Il a développé la conviction que le mieux est d’en dire le moins possible, car on ne peut pas vraiment se montrer honnête envers un employeur. Il va donc se montrer très évasif dans certaines réponses, surtout s’il doit se dévoiler. Par exemple, si vous lui demandez comment il voit son futur dans un monde idéal, il pourrait vous répondre : « Ne vous inquiétez pas pour ça, je ne souhaite pas prendre votre place! (rire) Plus sérieusement, mon but est de rester à cet emploi. »

Au final, vous n’avez jamais eu accès à qui il était. Pour lui, parlez de ses rêves, c’est trop personnel et il préfère donc s’en tenir à une relation transactionnelle avec son employeur

En conclusion

Les comportements passifs agressifs sont très présents à notre époque, il suffit d’aller faire un rapide tour sur les réseaux sociaux pour vous en apercevoir. Dans une étude Gallup qui est faite à chaque année à travers le monde, on interroge le niveau d’engagement du personnel envers les objectifs de l’entreprise. Les pourcentages varient d’une année à l’autre, mais en général, on obtient un taux de 20 à 25 % d’employés qui se disent activement désengagés. Ça signifie des employés qui prennent plaisir à saboter en douce les efforts de leur direction. Il est important de retenir que rester empathique envers un passif agressif est essentiel. Être empathique ne veut pas dire tout pardonner et offrir un poste à un candidat ayant des traits passifs agressifs. Être empathique signifie surtout d’éviter de tomber vous-même dans le piège du cynisme à son égard. Il sera important aussi d’éviter de qualifier un candidat de « passif agressif » dans vos échanges professionnels en sélection, car il s’agit d’un langage spécialisé à ne jamais prendre à la légère.


Pour FacteurH, j’avais déjà écrit un article abordant la terminologie des personnalités difficiles en milieu de travail : https://www.facteurh.com/012017/mathieu-2

Si le sujet de la sélection vous intéresse, je vous suggère la lecture de mon guide pratique : Le candidat viscéral que j’ai coécrit avec Catherine Bédard. https://leschercheursdesens.com/le-candidat-visceral/

Toujours pour FacteurH, j’ai écrit aussi deux autres articles semblables sur comment adapter votre processus de sélection en lien avec des traits de personnalité difficile.

La personnalité narcissique : https://www.facteurh.com/092016/mathieu

Les introvertis (personnalité évitante) : https://www.facteurh.com/122016/mathieu


crédits:depositphotos.com
À proposMentions Légales