Choisir son coach : le bon « fit » pour faire avancer les choses

Par Sylvie Paradis et Lyne Girouard

Demain, c’est ma séance de coaching… Avec ma coach, j’ai exploré tel enjeu… Je travaille sur mes objectifs avec mon coach…. Voici des commentaires qu’on entend de plus en plus dans nos milieux de travail.

 

Le coaching est résolument entré dans nos vies et dans nos organisations. En effet, les séances de coaching représentent un moment privilégié et dynamique où nous nous autorisons à nous arrêter pour voir plus clair et identifier des pistes d’action qui nous donnent l’élan d’agir. Quand la clarté est au rendez-vous, nous sommes plus ancrés, plus solides et les solutions émergent librement. C’est comme les rouages d’un mécanisme bien huilé : ça roule avec moins d’effort et plus de cohérence.

Enclencher un processus de coaching est une décision importante pour soi. En fait, que ce soit une démarche individuelle ou par l’entremise de son organisation, le choix d’un coach revient à se doter d’un partenaire en qui nous aurons pleinement confiance pour nous aider à avancer vers la version optimale de nous-même. La plupart du temps, ce parcours nous mène sur des chemins de découvertes formidables et parfois aussi sur des sentiers peu éclairés de nos vies personnelles et professionnelles. 

C’est pourquoi ce choix est si primordial pour le succès de la démarche. Voici quelques pistes, inspirées d’ICF Québec, pour vous aider à choisir ce fameux partenaire que sera votre coach.

Premièrement, magasinez. Communiquez avec deux ou trois coachs afin d’explorer différentes approches et personnalités. De nombreux coachs offrent un appel d’exploration pour faire connaissance et entendre vos besoins. Posez des questions et notez vos impressions :

  • Avons-nous des affinités? Au niveau des valeurs, par exemple?
  • Comment ai-je été écouté? Est-ce que cette personne m’a laissé du temps de parole?
  • Est-ce clair que ce coach m’aidera à trouver mes propres solutions, dans un processus à la fois structuré et personnalisé?
  • Ce coach a-t-il une formation et une certification reconnues en coaching?
  • Est-ce que les aspects logistiques me conviennent : le mode et le lieu de rencontre (en personne, au téléphone ou virtuelle), les honoraires, la durée du mandat et des séances, etc.

Il est dommage de voir que certaines personnes n’osent pas faire ces appels d’exploration. N’oubliez pas que les coachs comprennent bien votre besoin de trouver la meilleure personne pour vous et qu’en fin de compte un jumelage optimal profitera aux deux parties. Vous pouvez aussi demander des références à votre entourage et faire des recherches dans le bottin des coachs d’ICF Québec, par exemple.

crédits:depositphotos.com

Deuxièmement, clarifiez vos attentes. Le fait de bien saisir votre intention derrière ce désir d’accompagnement vous aidera à poser des questions précises et à répondre à celles du coach :

  • Que souhaitez-vous obtenir à la fin de la démarche? 
  • Quels seront les bénéfices? Qu’est-ce qui aura changé?
  • Pourquoi choisir l’approche coaching? 
  • Quelles sont vos attentes par rapport à vous-même, vis-à-vis du coach?

Troisièmement, faites confiance à votre intuition et allez-y, plongez. L’intuition est cette petite voix intérieure qui émerge et fait pencher d’un côté plutôt que de l’autre sans raison apparente et qui pourtant sait tant de choses. Écouter cette petite voix vous permettra de déterminer vers quel coach vous tourner : 

  • Comment me suis-je senti pendant la conversation? 
  • Est-ce que j’ai l’élan de dévoiler mes enjeux et mes aspirations à cette personne?
  • Est-ce qu’intérieurement, ça dit oui?

Une relation de confiance se bâtira au fil des séances et il y aura toujours place aux ajustements en cours de route. N’hésitez pas à exprimer à votre coach comment vous souhaitez être accompagné et ce qui fonctionne le mieux pour vous en termes d’outils, de rythme, etc. La plupart des coachs prennent d’ailleurs le temps de demander du feedback à leur client à la fin des séances, histoire de s’assurer que le partenariat évolue dans la bonne direction.

Sir John Whitmore (1), un des pionniers de l’approche, présente le but du coaching comme étant le fait de libérer le potentiel des personnes pour maximiser leur niveau de performance. Il s’agit de les aider à apprendre plutôt que de leur enseigner. En anglais, Sir Whitmore parle de débloquer le potentiel humain. Démarrer un processus coaching est définitivement une aventure d’exploration et de libération du potentiel qui mérite qu’on prenne le temps de bien choisir son compagnon de voyage, son allié, son coach.

Nous vous invitons également à relire l’article Le coaching : pour en finir avec la confusion! coécrit avec Lyne Leblanc, pour avoir plus d’information sur l’approche en tant que telle. Nous vous souhaitons une superbe démarche. 


(1) Whitmore John, Le guide du coaching, Maxima, 2017.

crédits:depositphotos.com
À proposMentions Légales