La gestion de soi au cœur des compétences de demain

Geneviève Brouillette

Nous entamons la 4e révolution industrielle, une révolution technologique, mais où l’humain est plus important que jamais. Le changement est maintenant omniprésent dans nos organisations comme dans notre environnement et nous devons nous adapter constamment. On peut donc dire que c’est aujourd’hui, plus que jamais, que le savoir-être prend le dessus sur le savoir-faire lorsqu’on parle de compétences clés à développer. 

Du savoir-faire au savoir-être

C’est en 2016 que le Forum économique mondial (FEM) communique l’urgence d’apprendre à s’adapter en précisant que le changement ne nous attendra pas : « les chefs d’entreprise, les éducateurs et les gouvernements doivent tous être proactifs dans la mise à niveau et la reconversion des gens afin que tout le monde puisse bénéficier de la quatrième révolution industrielle. »1 Et c’est ainsi que les compétences émotionnelles font leur apparition dans le Top 10 des compétences clés à posséder en 2020.

Les compétences de demain sont devenues le sujet de l’heure et tous, chercheurs comme praticiens, s’entendent sur une chose : les compétences recherchées seront de nature plus humaine que technique. C’est ce que mentionne Christophe Deval, directeur du développement des talents chez KPMG en 2018, faisant référence à la 4e révolution : « nous avons besoin de développer une version « augmentée » de nous-mêmes, qui aille au-delà de notre fonctionnement habituel, de devenir des humains 2.0. Ce qui implique prendre de la distance par rapport à nos pensées, de mieux prendre en compte la dimension émotionnelle, de développer notre souplesse relationnelle. »2

Les ouvrages en ressources humaines vont en ce sens : « on considère de plus en plus les compétences émotionnelles comme des qualités indispensables à la réussite individuelle. »3

Enfin, le CÉFRIO, organisme indépendant de recherche et d’innovation en termes de culture numérique, confirme que l’enjeu auquel nous faisons face est un enjeu humain : « Le grand défi du passage 4.0 n’est pas un défi technologique, mais plutôt un défi de compétences et de culture. »4

La gestion de soi au cœur des compétences de demain

En novembre dernier, j’ai animé l’atelier d’intelligence collective « Développer les compétences de demain chez nos employés d’aujourd’hui »5  avec mes collègues Maryse Samson et Sophie Lanoix du Réseau des professionnels de la formation du Québec (RPFQ). Cet atelier s’inscrivait dans la 7e édition du laboratoire d’apprentissage ReBooT6 sous le thème : « L’apprentissage 4.0 à l’ère de la 4e révolution industrielle ». Dans cet atelier, nous avons demandé aux participants de voter sur les compétences les plus importantes dans leur organisation et ce sont l’adaptabilité et l’apprentissage en continu qui sont sorties en tête de liste. Deux compétences dites « soft », mais surtout, deux compétences directement liées à soi : la gestion de soi. On peut ainsi conclure qu’il nous faudra apprendre à nous adapter et à nous développer pour pouvoir naviguer dans l’ambiguïté et performer dans le monde technologique que sera demain.

1 - https://www.weforum.org/agenda/2016/01/the-10-skills-you-need-to-thrive-in-the-fourth-industrial-revolution/

2 - https://www.myhappyjob.fr/top-10-des-competences-qui-feront-la-difference-demain/

3 - La Gestion des ressources humaines :tendances, enjeux et pratiques actuelles, 5e édition, Tania Saba et Simon L.Dolan (2013).

4 - https://rpfq.com/fichiers/fck/defaut/File/DevelopperLesCompetences_RPFQ.pdf

5 - https://rpfq.com/fichiers/fck/defaut/File/DevelopperLesCompetences_RPFQ.pdf

6 - http://ellicom.com/reboot-2019

crédits: depositphotos.com

Ces deux mêmes compétences se retrouvent aussi dans le nouveau Guide des compétences des CRHA et CRIA, à travers les compétences transversales, jugées essentielles à maîtriser pour s’adapter à un ensemble de situations complexes, comme celles rencontrées dans la pratique d’un professionnel.

Voici un tableau qui présente les différentes définitions de compétences :



Comment développer les compétences en gestion de soi?

Les compétences en gestion de soi étant transversales, tout le monde bénéficiera de les développer, peu importe son titre ou la fonction occupée. En tant que professionnel(le) des ressources humaines, le défi se retrouve donc à plusieurs niveaux :

  • Comment prendre en main son propre développement de compétences? 
  • Comment accompagner son organisation dans la planification et la stratégie de développement des compétences de nature comportementale et émotionnelle?
  • Comment concrètement accompagner les gestionnaires dans leur propre développement et celui de leurs employés?

Voici quelques stratégies tirées de la synthèse de l’atelier d’intelligence collective du RPFQ et de la pratique : 

Stratégies pour les compétences d’adaptabilité et d’agilité

  • Expérience de simulation, de mise en situation et de jeu de rôles.
  • Atelier de formation sur la gestion du changement et les actions à prendre.
  • Groupe de discussion sur les enjeux qui nous préoccupent ou sur l’agilité en tant que telle.
  • Atelier de codéveloppement professionnel.
  • Atelier de style « World Café » sur un thème qui exige de l’adaptation ou sur le thème de l’adaptabilité.
  • Être accompagné dans des mandats qui sortent de la zone de confort.
  • Participer ou entreprendre de nouveaux projets. 
  • Atelier d’introspection pour identifier nos barrières personnelles au changement.
  • Utiliser un outil pour s’adapter à un nouveau défi basé sur la technique « Immunity to Change ».
  • Réunions de style « Lunch & Learn » sur les obstacles rencontrés lors de projets et comment les surmonter.

Stratégies pour les compétences d’apprentissage continu, soit d’apprendre à apprendre

  • Participer à des programmes d’accompagnement comme le mentorat ou le coaching.
  • Faire de la veille, être actif sur les réseaux.
  • Schématiser ses apprentissages par la prise de notes visuelles et graphiques.
  • Tenir un journal de bord ou un portfolio.
  • Relever des défis et vivre de nouvelles expériences.
  • Participer à des conférences.
  • Se laisser inspirer par les histoires des autres « storytelling » et apprendre de celles-ci.
  • Prendre le temps de lire des ouvrages variés.
  • Communauté de pratique sur l’apprentissage.
  • Voyager, découvrir de nouveaux lieux. 


Je termine en vous proposant deux conseils qui aident à mieux s’adapter et apprendre à apprendre et qui s’appliquent autant dans notre vie professionnelle que personnelle : faire en sorte que chaque situation vécue se transforme en une occasion d’apprentissage ET prendre du recul devant les situations complexes et ambiguës. Cela permettra de reconnaître vos propres réactions face aux autres, d’accueillir les réactions des autres et de vous ajuster selon le contexte dans lequel vous vous trouvez.


7 - https://rpfq.com/fichiers/fck/defaut/File/DevelopperLesCompetences_RPFQ.pdf

8 - https://guide.ordrecrha.org/fr

À proposMentions Légales