Les programmes de mieux-être financier en entreprise sont à la mode!

par Annick Kwetcheu Gamo

 Et vous, que faites-vous pour vos employés?

Dans un article paru cet été dans le magazine Avantages, une étude de l’Association canadienne de la paie (ACP) statuait que les programmes de mieux-être financier des employés étaient à la mode. Le point qui a surtout retenu mon attention est le suivant : « 40 % des employeurs interrogés ont indiqué que lutter contre le stress financier des employés était l’une des principales raisons qui les poussaient à bonifier leur programme d’avantages sociaux en y intégrant des programmes de mieux-être financier. En 2017, seulement 17 % des employeurs tenaient le même discours. »[1]


Ce changement de perspective des employeurs canadiens est vraiment pour me réjouir au plus haut point! En effet, en marge de mon rôle de spécialiste en éducation financière et coach financier, je travaille beaucoup à sensibiliser les employeurs au stress financier de l’employé et à ses impacts sur la santé (physique et mentale) de ce dernier, mais aussi sur la santé/performance des organisations. D’où ma collaboration avec FacteurH.


Une des choses que nous retiendrons de la COVID-19 (et du ralentissement économique qu’elle a entraîné) est que de nombreux Canadiens sont très vulnérables financièrement! Certes, les mesures d’aide (telles que la PCU ou encore les programmes de report de paiements des impôts, hypothèques et paiements de carte de crédit) ont été d’un grand secours pour la population (le taux de faillite personnelle a atteint un creux historique pendant l’été 2020 au Québec), créant ainsi une « Illusion de confort », comme si bien dit par Gérard Bérubé dans Le Devoir le 25 juillet dernier. [2]


Mais, tout porte à croire que l’automne 2020, avec la fin des nombreux programmes gouvernementaux, sera très difficile pour de nombreux Canadiens. Selon un sondage de Dart & Maru/Blue [3], d’avril 2020, 1,3 million de Canadiens pensaient devoir faire faillite dans un horizon de 3 mois si leur situation financière ne s’améliorait pas considérablement! Ajoutons à cela un sondage réalisé par l’ACP[4], concluant que 58 % des travailleurs canadiens vivent un stress financier accru en raison de la pandémie. Cela au point où un travailleur canadien sur cinq serait prêt à se rendre au bureau même s’il tousse ou se sent malade, de peur de perdre son emploi.


crédits:depositphotos.com

Dans ce contexte, il devient essentiel pour les employeurs de pouvoir identifier et aider leurs employés en détresse financière. Encore une fois, il en va autant pour le bien-être global de leurs employés que pour la pérennité de l’entreprise. J’aime beaucoup à le dire : des employés en santé font des entreprises performantes!


Alors, maintenant que 40 % des employeurs sondés par l’ACP sont intéressés à lutter contre le stress financier de leurs employés, il convient de mentionner deux choses :

  • Au-delà de mettre en place de tels programmes (ou de bonifier les programmes d’avantages sociaux existants), il FAUT s’assurer que les employés soient informés que de tels programmes existent. Nombreuses sont les organisations avec qui j’ai eu à échanger et qui, bien qu’ayant des programmes d’avantages sociaux très complets, constatent une faible participation des employés. Tout simplement parce que ces programmes ne sont pas assez connus des employés qui, la plupart du temps, n’en connaissent pas le fonctionnement.


  • Il devient également, primordial de former/sensibiliser les chefs d’équipe, gestionnaires, cadres, etc. au stress financier des employés et comment identifier et aider à leur niveau des employés en détresse financière. Pourquoi? Parce que ces derniers sont très souvent en première ligne et seraient des ambassadeurs de choix de ces programmes de mieux-être financier. Dans mon travail de coach financier, la grande majorité des employés que je reçois en coaching me sont directement recommandés par leurs superviseurs (inquiets pour l’employé). Cela n’est possible que parce que ces superviseurs sont sensibilisés à cet enjeu (et à ses répercussions sur le travail et la santé des individus).



En finissant, je vais revenir à la question posée en titre : maintenant que les programmes de mieux-être financier sont à la mode, que faites-vous pour vos employés? À ceux qui se disent, encore, que cela coûte cher d’agir, dites-vous que de ne pas agir coûtera encore plus cher!


 1 - « Les programmes de mieux-être financier sont à la mode » – Avantages – 23 juillet 2020. https://www.avantages.ca/retraite/accumulation-de-capital/les-programmes-de-mieux-etre-financier-sont-a-la-mode/ utm_source=EmailMarketing&utm_medium=email&utm_content=avantages&utm_campaign=Daily_Bulletin&fpid=

758810&m32_fp_id=ug3i0b&ctx=newsletter&m32_fp_ctx=DI_MASTER_Relational

2 - « L’illusion du confort », Gérard Bérubé – Le Devoir — 25 juillet 2020.

https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/583065/vos-finances-l-illusion-de-confort-de-la-pandemie

3 - Sondage DART & Maru/Blue paru dans le Journal de Montréal le 11 avril 2020

4 - « La pandémie de COVID-19 exacerbe le stress financier des travailleurs canadiens » - Association canadienne de la paie – 28 juillet 2020.

À proposMentions Légales